Catégories
Réflexion et prière

COVID 19 pourquoi cela arrive aux musulmans?

En 2004, nous avons vécu le tsunami qui a détruit des vies et des maisons, mais a laissé tous les Masjid intacts. Maintenant même, les deux mosquées les plus sacrées sont vides. Les mosquées du monde entier sont fermées et nous ne sommes plus autorisés à prier dans les mosquées. Pourquoi Allah ne veut-il plus de nous dans ses mosquées?

Il est possible que ce soit un avertissement pour les gens à qui Allah avait accordé certains privilèges. Quel genre de privilèges? Des privilèges tels que celui d'être invité dans sa mosquée pour Fajr et Isha. Cela inclut les personnes qui donnent des conférences dans les mosquées, nos Ustaz, les imams et les gens de religion. Fondamentalement, ce sont les gens qu'il a choisis pour être son ambassadeur.

J'ai tellement de respect pour ces gens, Allah les a choisis pour être un invité dans sa Masajid mais il semble qu'Allah ait perdu le respect envers ces gens. Comme si Allah essayait d'envoyer un signal que ces gens n'étaient plus aptes à être dans sa Masjid. Pourquoi ai-je dit ça? C'est parce qu'ils sont les plus touchés par cette pandémie. Leurs privilèges de prier dans la mosquée leur sont retirés. Leur privilège de donner une Khutbah dans la mosquée est temporairement révoqué jusqu'à nouvel ordre. Leur respect pour diriger la prière est également enlevé. Et tous les enseignants religieux qui donnent un halaqah dans notre Masjid a dû recourir à Youtube pour se faire entendre.

La question est pourquoi cela leur arrive-t-il aux gens de la deen? Un grand privilège s'accompagne de grandes responsabilités. Peut-être qu'ils manquent à leurs responsabilités. Certains d'entre eux peuvent sembler humbles, mais leur cœur est arrogant. Ils pensent qu'ils sont l'élu invité à la maison d'Allah.

Devinez ce que vous n'êtes plus invité et pas seulement cela. Vous n'êtes pas autorisé à effectuer votre Salah dans la mosquée. Non seulement cela, maintenant si vous voulez prier dans la mosquée et prier, vous devez vous faufiler comme un voleur.

Cette pandémie est un message pour les Oulama, l'Imam, les Muftis et les Oustaz, ils ont le devoir de façonner et d'orienter la société vers Allah et cela n'a pas été fait. Voici plusieurs raisons pour lesquelles je pense que le coronavirus est un avertissement sévère pour les personnes en Deen.

Nous cessons d'interdire le mal – L'islam est peut-être une religion positive, mais chacun de nous est prié d'enjoindre le bien et d'interdire le mal. Au cours des dernières décennies, il y a eu une augmentation des prédicateurs islamiques positifs. Avec leurs connaissances, ils parlent de choses qui les rendent populaires. Ils ne parlent pas de ce qui doit être dit, mais de ce que les gens veulent entendre. Ces personnes déplacent l'attention des masses sur les vrais problèmes qui doivent être résolus. L’Islam n’est pas un spectacle et l’Ulama n’est pas une star, leur travail consiste à rappeler aux gens et non à attirer les foules. Si vous avez assisté à l'une de leurs discussions, vous verrez que certains d'entre eux ressemblent davantage à des célébrités qu'à des gens de connaissance. Lorsque nous sommes silencieux face à l'injustice, nous ne valons pas mieux que l'oppresseur.

Abandonner le Jihad – Nous avons depuis longtemps abandonné le Jihad par crainte d'être qualifié d'extrémiste. Non seulement nous ne défendons plus le Jihad qui est une sunna. Nous nous concentrons sur la signification linguistique du Jihad car il est moins controversé et plus acceptable pour nos amis kafirs. Mais si vous regardez le Seerah et la compréhension classique des juristes pour le Jihad au sens militaire. C’est ainsi qu’Ertugrul comprend le Jihad, même les soufis de cette époque sont en première ligne. Il s'agit de justice où qu'elle soit.

Nous avons des érudits qui conseillent les dirigeants, le Jihad contre soi est plus préféré. Lutter avec votre appétit pour savoir s'il faut ou non une autre assiette de riz n'est pas plus important que de parler contre l'injustice.

Je protégerai les opprimés même quand il est mon ennemi, mais je ne pardonnerai pas à un traître même s'il est mon frère – Ertugrul Gazi

Non seulement nous avons empêché quiconque enferme des gens simplement parce qu'ils ont du contenu djihadiste sur leur téléphone. Nous nous contentons de notre hebdomadaireQunut Nazilah » dans nos prières du vendredi. Maintenant même cela nous a été enlevé par Allah.

La majorité des musulmans ont adopté une attitude pacifiste en ce qui concerne le Jihad. Sommes-nous en train de nous améliorer en tant que Ummah? Nous avons des musulmans persécutés sur tous les continents du monde. Nous avons choisi de garder le silence à ce sujet.

Non seulement nous avons abandonné le djihad, mais pour faire plaisir à nos amis incrédules, nous allons encore plus loin. Nous avons enfermé toute personne qui souhaite participer au Jihad armé. Notre Jihad se limite désormais à tweeter notre mécontentement sur les réseaux sociaux.

Abandonner nos frères et sœurs dans le besoin – Nous sommes tellement préoccupés par notre propre intérêt et oublions nos frères en Palestine, au Cachemire, au Myanmar, au Xinjiang et etc. Nous aurions pu faire plus. Je ne parle pas d’action militaire, quelle que soit la force militaire d’un pays musulman, ils ne peuvent même pas lever le petit doigt pour donner une réponse militaire. Même si nous faisions quelque chose comme faire des dons, nous pourrions faire davantage en termes de plaidoyer et de politique.

Allah nous donne juste un avant-goût, quoi que vivent nos frères et sœurs dans les pays déchirés par la guerre. Ils ont perdu leur liberté de mouvement, nous sommes en détention. Ils n'ont pas de nourriture à manger, un toit au-dessus de leur tête mais Allah ne nous a pas enlevé cela. Chaque fois que nous entendons qu'un musulman est blessé dans n'importe quelle partie du monde, il devrait essayer de faire preuve d'empathie envers lui, et non justifier qu'il le mérite. Ces sortes de justifications viennent de la bouche de personnes bien informées, les oustaz qui donnent la halaqah dans les mosquées.

Vendre notre religion – L'islam est maintenant une grande entreprise, je ne parle pas de l'économie islamique de mille milliards de dollars. C'est ce qui s'est passé dans nos masjids. Alors que nous valorisons l'apport de connaissances, de nos Ustaz dans notre mosquée locale. Mais leur capacité à dire ce qui doit être dit dans une communauté est sévèrement limitée. Le comité de la Masjid dictera ce qui est interdit ou le service du prédicateur sera interrompu. Malheureusement, cela montre que de nombreux musulmans sont éduqués sur les connaissances religieuses, ils sont donc plus axés sur les questions de culte plutôt que sur un problème auquel cette communauté doit faire face.

Réinitialisation de l'éducation religieuse – Notre éducation religieuse en Malaisie est largement informelle, bien qu'elle soit un pays à majorité musulmane. Au cours des 10 dernières années, nous avons des gens qui sont allés dans une école religieuse privée et qui plaident maintenant contre l'islam.

Nous avons des gens qui sont issus de l'éducation religieuse, qui a été un Naqib Usrah (Islamic Study Circle Mentor) depuis 10 ans et qui est maintenant un défenseur international des LGBT. Je n'ai même pas mentionné les personnes qui ont mémorisé le Coran puis sont devenues la proie de la toxicomanie. Ce sont des choses douloureuses dont il faut parler mais c'est un fait.

Maintenant, il nous est rappelé que notre but ici n'est pas de sembler inspirant, car que vous sembliez inspirant ou non, finalement, Hidayah vient d'Allah. Nous devons commencer à dénoncer l'injustice, qu'elle soit faite à l'humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *