Catégories
Réflexion et prière

Levée de la malédiction du sultan Mehmet Fatih pour Sainte-Sophie avec la prière historique du vendredi

Les foules à Instabul se sont rassemblées vendredi dernier à des milliers comme le moment historique où Hagia Sophia est redevenue une mosquée et les musulmans ont célébré la prière du vendredi après 86 ans.

Après plus de huit décennies d'être un musée, Sainte-Sophie a retrouvé le statut de mosquée à la suite de la plus haute cour administrative de Turquie, le conseil d'État. La décision du tribunal a essentiellement annulé l'ordre du cabinet turc de 1934 de convertir la mosquée en musée. Le gouvernement turc de l'époque était dirigé par Mustafa Kemal Ataturk, le père fondateur de la République laïque moderne de Turquie.

Un site du patrimoine mondial de l'UNESCO

Hagia Sophia a été construite comme une église sous la domination byzantine, en 537.

Lorsque le sultan Mehmet II a conquis Constantinople (aujourd'hui Istanbul) en 1453, Sainte-Sophie a été convertie en mosquée. Lors de la conquête de Constantinople, Hagia Sophia était dans un état de délaissement, après la précédente conquête par les chrétiens latins en 1204-1261.

Le sultan Mehmet Fatih (Fatih signifie le conquérant) a dépensé une grande partie de son propre argent pour restaurer et rénover Hagia Sophia. Le bâtiment est considéré comme sa propre propriété privée suite à la conquête. Les quatre minarets ont été ajoutés au bâtiment dans le cadre de sa conversion en mosquée.

En 1985, Hagia Sophia a été choisie comme site du patrimoine mondial en tant que musée, par l'UNESCO, l'organisme culturel des Nations Unies, et a été choisie pour son chef-d'œuvre architectural, qui représente une intersection unique entre l'Europe et l'Asie.

L’UNESCO a soulevé des objections au statut de mosquée de Sainte-Sophie, invoquant des préoccupations concernant l’accès des visiteurs au site patrimonial, ainsi que des préoccupations concernant les symboles et les artefacts chrétiens du site en cours de suppression.

La propriété privée du sultan Mehmet II et sa malédiction

Après la conquête de Constantinople, Hagia Sophia est devenue la propriété privée du conquérant, le sultan Mehmet II. Il a dépensé ses propres fonds pour restaurer et rénover le bâtiment après l'avoir converti en mosquée, et l'a mis sous sa fondation.

Le sultan Mehmet II a laissé un testament sur sa fondation dans lequel il a déclaré que les originaux ne peuvent être transformés en autre chose que leur but. Ceci est particulièrement vrai pour Hagia Sophia.

"Que la malédiction d'Allah et des anges et toute l'humanité soit sur eux. Qu'ils demeurent en enfer pour toujours et leur châtiment ne sera pas allégé. Aucune pitié pour eux pour toujours. Quiconque le change après l'avoir entendu et vu, son péché sera sur ceux qui le changent. En effet, Il est l’audience, la connaissance. »

Comment Sainte-Sophie est devenue la propriété privée du sultan Mehmet II

Selon certains messages populaires sur les réseaux sociaux qui circulent depuis l’annonce du changement de statut de Sainte-Sophie, des informations selon lesquelles Sainte-Sophie était une propriété privée du sultan après l’avoir achetée aux anciens propriétaires.

Cependant, ce n’était pas le cas. Selon les récits historiques d'un journal turc, Sabah quotidien, Hagia Sophia est devenue la propriété privée du sultan Mehmet II, suite à la conquête d'Istanbul.

Sur la base de la charia, le butin de guerre des terres conquises est divisé en un cinquième appartenant à l’État et un cinquième au chef de l’État. Le chef avait le droit de choisir quel bien deviendrait sa propriété privée. Le sultan Mehmed II a choisi Hagia Sophia comme propriété privée, puis convertie en mosquée, et a utilisé ses propres fonds pour restaurer et rénover le bâtiment.

Nous avons également contacté Dr Steph Keris, historien spécialisé dans l'histoire islamique et ottomane, pour confirmer que le sultan Mehmet II n'a pas acheté Sainte-Sophie à ses anciens propriétaires.

Assurances pour tous

Les dirigeants politiques occidentaux ainsi que les dirigeants chrétiens catholiques et orthodoxes ont exprimé leur consternation face au retour de Sainte-Sophie dans une mosquée.

Cela n’a pas eu d’incidence sur la décision de la Turquie, car la Turquie conserve son droit souverain de le faire.

Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, dans son discours sur le changement de statut de Sainte-Sophie, a rassuré tous continueront d'avoir accès à Sainte-Sophie, qu'ils soient visiteurs locaux ou étrangers. Les icônes chrétiennes présentes sur le site ne seront pas dérangées car elles seront couvertes lors des prières musulmanes avec des rideaux.

«Je voudrais souligner, une fois encore, que nous ouvrirons Sainte-Sophie au culte en tant que mosquée tout en préservant ses qualités en tant que partie du patrimoine culturel commun de l’humanité.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *